Que sont les Services Environnementaux (SE) ?

Les services environnementaux sont définis comme les bénéfices que les humains retirent des écosystèmes sans avoir à agir pour les obtenir. Il faut distinguer les « services » des « fonctions écologiques » qui les produisent : les fonctions écologiques sont les processus naturels de fonctionnement et de maintien des écosystèmes, alors que les services sont le résultat de ces fonctions.

Les PSE doivent se comprendre dans le cadre d’une distinction à faire entre services écosystémiques (fonctions écologiques) et services environnementaux (pratiques humaines), notamment pour comprendre le rapport de l’instrument à l’évaluation économique et au débat sur la « marchandisation de la nature ». Préciser les frontières de l’objet de recherche est nécessaire pour débattre, et la question des droits de propriété et d’usage semble constituer le critère qui distingue les PSE d’autres instruments incitatifs. Ces services peuvent être classés en services de production, de régulation, de support ou culturels. Citons la biomasse végétale ou animale (nourriture, fourrage, chasse..), la pollinisation, l’épuration naturelle des eaux, la production de l’oxygène de l’air, le recyclage des nutriments, la séquestration naturelle de carbone dans le bois, les sols, les mers et le sous-sol, ou la beauté des paysages.

Hebergeur d'image Pollinisation d’une fleur de lavande (Lavandula sp) par une abeille. La pollinisation est un Service Environnemental d’importance majeure pour la stabilité des écosystèmes mais aussi pour la production de nourriture (agriculture, arbres fruitiers etc.)

 

Vers une quantification des Services Environnementaux

Cette manifestation scientifique dans le domaine de l’écologie se base sur le fait que la bonne santé d’un écosystème garantit la quantité et la qualité des services qu’il fournit. Dans ce contexte, comment mesurer la valeur de la biodiversité et des services rendus par les écosystèmes sachant qu’une grande partie de cette valeur n’est pas directement marchande, mais relative à la résilience écologique et au potentiel écologique, en grande partie inconnus et complexes à déterminer. Les paiements pour services environnementaux (ou écosystémiques) – PSE – sont des outils économiques incitatifs et de plus en plus utilisés pour répondre à cette question. Le développement des mécanismes de paiements pour services environnementaux s’inscrit dans la perspective d’assurer, ou de restaurer les capacités des écosystèmes. En d’autres termes, faut-il récompenser les « bons comportements », rémunérer les « producteurs de nature » pour les services collectifs rendus ? En effet, une stratégie soutenable en ce domaine nécessite la mise en place de rémunérations appropriées, pour inciter aux investissements de protection et à la production de services environnementaux.

 

Objectifs

Les PSE soutiennent un mécanisme d’achat et de vente de services environnementaux. Dès lors, de nombreux travaux tentent d’évaluer (économiquement) ces services afin de déterminer le montant des rémunérations qu’il conviendra de proposer aux « fournisseurs » dans le cadre de PSE. Ce dispositif est particulièrement pertinent dans les pays du Sud, qui renferment les écosystèmes les plus riches et les plus menacés, où il va viser la conservation des forêts, et notamment des forêts tropicales humides, même si le premier objectif affiché est souvent le maintien de la qualité de l’eau.

1101334__monteverde-rainforest-costa-rica_pLes forêts tropicales humides renferment la majorité de la biodiversité de la planète et se doivent d’être préservées (séquestration du carbone, stabilité du climat etc.)

 

Cadre et perspectives du colloque

Ce colloque s’inscrit dans la continuité de l’atelier international PESMIX de juin 2014 sur le sujet. Le but du colloque de cette année est d’amorcer d’autres ateliers sur le sujet. Les programmes concernant les PSE prennent des dimensions territoriales d’envergure parfois nationale, voire internationale. Les intervenants sont par conséquent des chercheurs ou enseignants/chercheurs, de renommée nationale ou internationale, travaillant aussi bien sur des concepts que sur des cas concrets, notamment dans les pays tropicaux (CIRAD).

L’entrée étant libre, les étudiants et le grand public pourront profiter du débat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s